Des Sénateurs américains demandent au président Obama de revoir sa politique d’emploi des armes nucléaires

Le sénateur Ed Markey, Co-président du PNND et neuf autres sénateurs félicitent le président Obama d’avoir visité Hiroshima dans une lettre publiée ce 20 juillet 2016 et lui demandent d'utiliser cette expérience pour annuler « le système de lancement sur alerte », d’adopter une politique « de non-emploi en premier » et de réduire les plans de modernisation de l’arsenal nucléaire américain.

Le sénateur Ed Markey, Co-président du PNND

Dans une lettre adressée au président Barack Obama publiée le 20 Juillet 2016, les sénateurs Edward J. Markey (Démocrate, du Massachussetts), Dianne Feinstein (Démocrate, de Californie) et huit autres sénateurs* ont demandé au président de prendre des mesures fortes sur la politique nucléaire militaire américaine au cours des derniers mois de son mandat.

Les sénateurs indiquent que lors de la visite à Hiroshima du président Obama, celui-ci a appelé les nations qui possèdent des armes nucléaires à « avoir le courage d'échapper à la logique de la peur et de poursuivre un monde sans armes nucléaires ».

« La guerre nucléaire pose le risque le plus grave pour la sécurité nationale américaine » ont écrit ces parlementaires. « La leçon des bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki est évidente : les armes nucléaires ne doivent jamais être utilisées à nouveau. Nous devons faire tout notre possible pour réduire le risque d'une guerre nucléaire et pour préserver les intérêts de la sécurité des Etats-Unis ».

Les sénateurs demandent au président de limiter les dépenses allouées aux armes nucléaires et de réduire le risque de guerre nucléaire en réduisant les plans de modernisation, en adoptant une politique de non-utilisation en premier des armes nucléaires et en annulant le système de lancement sur alerte.

Cette lettre a été publiée peu de temps après l’adoption de la Déclaration de Tbilissi par l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (AP-OSCE). Cette Déclaration appelle « tous les Etats de l'OSCE dotés d’armes nucléaires ou qui bénéficient de relations de dissuasion nucléaire élargie, à réduire les risques d’une guerre nucléaire en levant l’état d’alerte avancée des armes nucléaires et en adoptant des politiques de non-recours en premier. » La commission parlementaire de l'OSCE, qui a examiné et adopté ce texte, a été présidée par le sénateur américain Roger Wicker (Républicain, du Mississippi). Lire à ce propos : L’Assemblée parlementaire de l'OSCE appelle à rejeter les armes nucléaires !

La sénatrice Feinstein

« Plus d'un quart de siècle après la fin de la guerre froide, les États-Unis maintiennent  toujours la possibilité d'utiliser dans un conflit des armes nucléaires en premier » indique les sénateurs. « Le maintien de cette option renforce les craintes mutuelles d’attaques surprises, exerce une pression sur les autres États dotés d'armes nucléaires à maintenir leurs arsenaux en état d'alerte et augmente le risque d’une guerre involontaire. »

Les sénateurs notent en outre que « les États-Unis maintiennent des plans pour lancer des armes nucléaires en réponse à la simple mise en garde d'une attaque nucléaire. Cette politique porte atteinte à la capacité du président à réfléchir avec prudence dans une crise et soulève la perspective d'erreurs dévastatrices en cas de fausses alarmes. »

En ce qui concerne la modernisation des armes nucléaires, les sénateurs appellent le président Obama à prendre des mesures spécifiques pour annuler le projet de dépense évaluée à au moins 20 milliards $, concernant le nouveau missile nucléaire de croisière air-sol « the Long Range Standoff weapon ».

Un certain nombre de sénateurs approuvent également la Loi dite « SANE » du sénateur Markey, qui a pour objectif de diminuer très fortement les dépenses nucléaires militaires de plus de 100 milliards $ sur les 10 prochaines années.

 

*Les autres sénateurs signataires Démocrates sont : Al Franken (du Minnesota), Barbara Boxer (de Californie), Jeff Merkley (de l’Oregon), Bernard Sanders (du Vermont), Elizabeth Warren (du Massachusetts), Sherrod Brown (de l’Ohio), Patrick Leahy (du Vermont) et Ron Wyden (de l’Oregon).