Membre du Conseil du PNND, Federica Mogherini devient la nouvelle chef de la diplomatie européenne

Samedi 30 août 2014, Federica Mogherini, a été choisie par les leaders européens pour remplacer Catherine Ashton au poste de Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Actuellement ministre des Affaires étrangères italiennes, Federica Mogherini est membre du PNND depuis qu’elle a remporté son premier mandat parlementaire en 2008 et est membre du Conseil depuis 2010. Elle est aussi membre du European Leadership Network for Multilateral Nuclear Disarmament and Non-Proliferation et du CTBT Group of Eminent Persons.

Federica Mogherini a joué un rôle actif au sein du PNND en prenant part à plusieurs initiatives telles que la Déclaration des Parlementaires en faveur d'une Convention sur les armes nucléaires et la Déclaration conjointe des Parlementaires pour un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires et de toute autre arme de destruction massive.

Elle s’est exprimée dans de nombreux événements organisés par le PNND et a mené des initiatives au sein du Parlement italien incluant la résolution adoptée unanimement en juin 2009 supportant le Programme en cinq points pour le Désarmement Nucléaire du Secrétaire général des Nations Unies (Voir Italian Parliament adopts disarmament resolution).

Federica Mogherini a des connaissances approfondies dans le domaine des affaires étrangères – lequel est une passion pour elle – et dispose de nombreuses compétences politiques, acquises tout au long de son implication sur la scène nationale et internationale.

A seulement 41 ans, Federica Mogherini est la plus jeune ministre des Affaires étrangères italienne et deviendra la plus jeune Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité lorsqu’elle prendre ses fonctions le 1er novembre.

Federica Mogherini est mariée et a deux enfants. Le PNND a aussi travaillé avec son mari, Matteo Rebesani, lorsqu’il a été l’un des organisateurs du Nobel Peace Summits. Il s’agissait entre autres de mettre en place un programme dynamique sur le désarmement nucléaire lors des Sommets et une coopération entre les lauréats sur le thème du désarmement nucléaire (Voir Parliamentarians and Nobel Laureates advance nuclear abolition).